Réponse de Tiébilé Dramé à la lettre ouverte de Issa Balla Moussa Sangaré 3


Tiébilé Dramé, président du PARENA. Crédit Photo:maliweb.net

Tiébilé Dramé, président du PARENA. Crédit Photo:maliweb.net

Cher frère, Issa Balla Moussa Sangaré,

Je vous remercie très sincèrement de m’avoir interpellé sur la grave crise que traverse notre pays et sur ses répercussions hors de nos frontières.

Permettez-moi de vous dire combien je trouve rafraîchissant et rassurant que de jeunes maliens se préoccupent du présent et de l’avenir de notre pays.

En vous remerciant de l’appréciation positive que vous faites de l’action du PARENA et avant d’en venir  à l’objet de notre échange, je souhaite rectifier vos informations: le PARENA n’est pas un parti extra-parlementaire. A l’issue du dernier scrutin législatif en 2013, nous avons obtenu trois sièges. S’il est vrai que deux de nos élus nous ont quittés, il nous reste un député qui siège sur les bancs de l’opposition.

À Lire aussi: Lettre ouverte d’un jeune Malien à Tiébilé Dramé, président du PARENA

Venons-en à l’objet de votre lettre ouverte: mon propos qui vous a ému découle d’un simple constat et, je ne le fais pas de gaieté de cœur. La situation sécuritaire est très dégradée. Des centaines de personnes ont perdu leur vie au Mali depuis la signature de l’Accord d’Alger. Entre le 1er janvier et le 31 mai 2016 au moins 250 personnes ont été tuées lors de divers incidents: attaques, explosions de mines, assassinats ciblés, violences intercommunautaires….. Parmi les victimes, des Maliens, civils comme militaires et des étrangers, civils comme militaires.

 

Le constat, je ne suis pas le seul à faire, est que nous sommes incapables de stabiliser notre pays et nous exportons l’instabilité chez nos voisins. Quand je dis  » nous », je parle du Gouvernement de la République du Mali (GRM).

Comme vous le savez, dans tout pays, la responsabilité première de maintenir ou de restaurer l’ordre et la loi, la paix et la sécurité incombe d’abord et avant tout au gouvernement.

Si le gouvernement éprouve des difficultés à s’acquitter de cette mission primordiale, s’il éprouve des difficultés à contrôler le territoire national, à y déployer l’administration, les forces armées et de sécurité au point que des foyers hostiles incontrôlés s’y créent et que cette instabilité déborde chez nos voisins, devons- nous nous taire là-dessus par chauvinisme grand-malien? Comment corriger, remédier à une telle situation si d’emblée on choisit de ne pas en parler? Le rôle, le devoir de tous ceux qui sont attachés à ce pays est de mettre le doigt sur ces réalités afin d’amener les pouvoirs publics à se ressaisir.
J’ai l’impression que vous préférez les hommes politiques et la société civile qui voient bien toutes les anomalies de la gouvernance actuelle et qui choisissent de se taire pour ne pas déplaire au Président et au gouvernement et à leurs défenseurs stipendiés qui crachent sur tous ceux qui osent exercer leurs droits démocratiques à la critique.
Mon interview sur RFI qui a duré cinq minutes ne portait pas sur les origines de l’instabilité au Mali mais sur la situation, un an après la signature de l’Accord d’Alger.

Vous évoquez la guerre de Libye. Elle est une des causes de l’effondrement du Mali en 2012. Mais il y a aussi des causes internes. Mais tout cela n’était pas l’objet de l’interview.

Je suis désolé si mes réponses à RFI vous ont fait passer une nuit blanche. Mettez vos nuits blanches à profit pour regarder la réalité en face: les autorités actuelles peinent  à stabiliser le pays. Kidal échappe toujours au contrôle de l’État, il n’y a pas d’État à 10 kms de Tombouctou. Toute la région de Mopti est entrain de basculer…L’absence de l’État dans de nombreuses zones du territoire entraîne la création de sanctuaires pour des groupes et des forces hostiles.  Cette instabilité se répand, malheureusement, dans la sous -région comme l’attestent les attaques contre Ouagadougou et Grand-Bassam et les incursions répétées de groupes armés au Burkina.

La dernière remonte à la nuit du 31 mai au 1er juin quand trois policiers sont morts à Intagom dans l’Oudalan, à 4 kms du Mali. Devons-nous nous taire et tourner ailleurs le regard comme beaucoup le font par commodité ou par calculs politiques?
Le nouveau président burkinabé vient d’informer ses compatriotes qu’il avait sollicité les Nations-Unies et le président malien afin qu’une partie des 850 soldats burkinabé déployés sous mandat de l’ONU au Mali soient affectés à la surveillance de notre frontière commune.

D’autres démonstrations sont-elles nécessaires après cette annonce?

Vous m’invitez  à savoir « raison garder car à force de trop vouloir marquer des points, on risque de tout rater ».Ce membre de phrase de votre lettre ouverte a barré la « Une » du principal journal de la présidence de la République, « Info-Matin » ( numéro du mardi 7 juin). Ce journal est aux avant-postes d’une campagne de lynchage médiatique déclenchée par le gouvernement après mon interview sur RFI. Son porte-parole dûment mandaté pour, semble t-il, me « recadrer » a obtenu un droit de réponse sur RFI (3 juin). Puis, divers journaux, radios et internautes ont pris le relais pour me traiter « d’apatride » « jetant l’opprobre sur son pays ». Certains de ces journaux sont animés par des membres de cabinets ministériels.

Mais revenons à vous, croyez-vous que je cherche à « marquer des points » quand je m’acquitte de mon devoir démocratique de citoyen et de responsable politique en critiquant la mauvaise gouvernance et la mauvaise gestion du dossier du Nord? Nous ne sommes pas dans  un jeu où on « marque des points », mais dans une lutte pour éviter que le Mali ne coule à nouveau.

Bien fraternellement à vous et à toutes celles et à tous ceux qui prendront le temps de lire ces lignes.

Entre nous, vous avez été imprudent en disant que vous ne vous attendiez nullement à une réponse parce-que les politiques maliens que vous connaissez n’ont que de l’indifférence pour le citoyen.

Maintenant vous avez la preuve qu’il existe une autre catégorie de politiques maliens qui respectent leurs concitoyens.

Bonne nuit.
Tiébilé Dramé

Le 09-06-2016

The following two tabs change content below.
Issa Balla Moussa Sangare
Un Africain, de nationalité malienne et installé aux USA depuis 2009, précisément à Washington DC. Je suis Blogueur, Webactiviste & Panafricaniste d'obédience Modibo Keïta, Kwameh N'krumah et Julius Nyerere. Sur ce blog je parlerai de l’Afrique car je suis très attaché à mon continent d’origine et singulièrement de mon pays natal (le Mali). Je m'appesantirai également quelquefois sur mon pays de résidence (USA) et le vieux continent (l’Europe).

Issa Balla Moussa Sangare

A propos de Issa Balla Moussa Sangare

Un Africain, de nationalité malienne et installé aux USA depuis 2009, précisément à Washington DC. Je suis Blogueur, Webactiviste & Panafricaniste d'obédience Modibo Keïta, Kwameh N'krumah et Julius Nyerere. Sur ce blog je parlerai de l’Afrique car je suis très attaché à mon continent d’origine et singulièrement de mon pays natal (le Mali). Je m'appesantirai également quelquefois sur mon pays de résidence (USA) et le vieux continent (l’Europe).


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Réponse de Tiébilé Dramé à la lettre ouverte de Issa Balla Moussa Sangaré

  • MDiallo

    Tres cher Tieble Drame,

    J’avoue que j’ai ete surpris de voire votre reponse a la lettre du frere Issa Sangare, car commme Issa l’a si bien souligne, nos hommes politiques ne se donnent jamais la peine de repondre au remarques et critiques de leurs concitoyens qu’ils pretendent representer au sein de l’assemblee nationale du pays. Je me dois donc de vous remercier pour avoir pris le temps de repondre a cette lettre au contenu tres important pour beaucoup de Maliens comme vous l’avez si bien constate.

    Monsieur Drame, je suis aussi un Malien comme vous et Issa, et j’avoue que j’ai le Coeur meurtri comme des millions de compatriotes chaque fois que je penses a la situation actuelle de mon pays qui est le Mali. Du debut de la crise a ce jour, je suis a la quette continuelle d’informations sur la situation securitaire de mon pays, et c’est en fait cette raison qui m’a motive a suivre de tres pres les articles de Issa Sangare depuis le tout debut de son parcours de blogueur jusqu’a ce jour.
    Toute personne qui suit les ecrits de Issa pourra temoigner d’une chose qui ne fait aucun doute, c’est qu’il ne fait cadeau a aucun parti politique ou aucun politicien (qu’il sagisse du pouvoir ou de l’opposition), il a toujours appeler les choses par leurs noms et souligne ce qui merite de l’etre au sujet de qui que ce soit, et je le felicite du fait qu’il fait tout cela sans aucune emotion partisane, car il ne fait partie d’aucun parti politique en existence au Mali.
    Issa a donc demontrer a mes yeux que la seule motivation qui l’anime est l’amour de son pays natale en particulier et de l’Afrique en generale, mes compatriotes maliens seront d’accord avec moi qu’on ne peux dire la meme chose des hommes politique Maliens.

    Monsieu Drame, en lisant votre reponse a la lettre ouverte de notre frere Issa, le constat indeniable est que vous avez choisi d’adopter une attitude defensive demunie de toute objectivite relative au sujet du jour.
    Le fait que vous avez pu insunier que Issa Sangare a travers la lettre en question vous reproche d’avoire critiquer le gouvernement du pays est a mes yeux synonyme d’un manque d’honnetete intellectuelle de votre part, il vous suffira d’aller relire la lettre pour comprendre pourquoi j’en suis arrive a cette conclusion.
    Revoyons l’introduction de la lettre ouverte de Issa:

    “M. le président du Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA)
    Qu’il me soit permis, nonobstant que ce ne soit pas le but de cette lettre de vous féliciter en amont, votre parti et votre personne, pour le travail que vous êtes en train d’abattre dans la sphère politique et cela depuis l’élection du Président de la République Ibrahim Boubacar Keita jusqu’à nos jours. L’honnêteté intellectuelle m’oblige à vous donner ce crédit, ce crédit en ce sens que vous nous démontrez que d’aucuns peuvent jouer sa partition même n’ayant aucun élu au sein de l’hémicycle nationale à fortiori un groupe parlementaire pour interpeller l’exécutif dans le but répondre et solutionner certaines questions brûlantes de notre société. On se rappelle également qu’à cause des dénonciations incessantes de votre parti, le président IBK vous avait donné le sobriquet de ‘Petit Homme’.”

    Il est donc tres Claire que Issa a commence sa lettre en vous felicitant d’abord pour le role que vous jouez au sein de l’oposition malienne, a savoire vos critiques continuelles de IBK et son gouvernement. Comment pouvez vous donc pretendre par la suite qu’il essaye de vous museler et vous empecher de critiquer la mauvaise gestion du pays?
    Il etait donc important pour moi de commencer ma reponse en souligant le manque d’objectivite dans votre accusation a l’encontre de Issa Sangare, et le manque d’honetete intellectuele dont vous avait fait preuve dans votre reponse, car je n’ai aucun doute que vous avez bien compris a quoi Issa faisait allusion, mais vous avez choisi d’esquiver les points essentiels demontrant un manque d’attention dans vos propos tenus sur RFI.

    Ce que Issa vous a en fait reprocher n’a rien a voire avec vos critiques du gouvernement, mais plutot tout a voire avec vos decalartions mal informees et peu reflechies disant que des Maliens etaient a l’origine des attaques observees dans les pays voisins. Issa vous a demontrer avec references a l’appui que les Maliens sont en fait victimes de cette insecurite au meme titre que nos pays voisins dont vous vous souciez tant. Les citoyens et gouvernements de ces pays en question savent qu’on a coexister avec eux depuis belle lurette sans qu’ils soient inquietes de telles actions criminelles venant des Maliens, ces pays voisins savent mieux que vous que nous Maliens ne commetont pas de tels actes, et que ce sont des etrangers venus d’ailleurs qui sement des troubles dont nous sommes les premieres victimes.

    Moi j’ai du mal a coire que vous monsieur Drame ignoriez les details importants fournis dans la lettre ouverte de Issa, expliquant comment des etrangers arrivent a se faire passer pour des maliens pour ensuite commettre ces crimes ignobles dans nos pays de la sous region, la question que je me pose est de savoire pourquoi vous n’y avez fait aucune allusion sur RFI? Avez-vous manquer de courage politique? apparement c’etait plus facile pour vous d’ignorer ces realites dument documentees par des sources independantes du Mali!

    Monsieur Drame, si le seul fait de critiquer IBK et son gouvernement fait de vous un patriote, alors vous n’etes pas plus patriote que Issa qui a continuellement denoncer la mauvaise gestion du president et de son gouvernement dans plusieurs de ses articles, et des millions de maliens aussi font autant a longeur de journee. Ce que Issa a essayer de vous faire comprendre est que les elus du peuples comme votre personne se doivent de faire mieux que d’aller discrediter le Mali et les Maliens sur une chaine de radio internationale, dites ce que vous voulez sur IBK et son gouvernement en tant que membre de l’opposition, mais ne laisser pas sous entendre que le Mali et les Maliens sont devenus un probleme securitaire dans la sous region alors qu’on a ete les premieres victimes d’une situation qui vient tout juste de commencer a toucher nos voisins.
    La verite est que nous sommes tous contre ce gouvernement et sa gestion actuelle du pays, mais nous n’ignorons pas non plus que les Maliens sont victimes d’une crise qui fut planifiee et servie dans la partie nord du territoire Malien.

    Qui d’entre vous politiciens peut dire qu’il ignore le fait que la France a heberger la branche politique du groupe rebele MNLA sur son territoire, armer sa branche militaire, et les a soutenu au niveau du parlement Europeen avec toutes sortes de mensonges visant a justifier les crimes de ce groupe arme contre nos populations. Je ne peux donc compremdre que cette meme France vous donne access aux antennes de sa radio nationale qui est RFI et que vous ne puissiez etablire la responsabilite de la France dans ce que le Mali connait aujourdhui!
    Dites moi monsieur Drame, pensez vous que la France allait continuer a appeler le Mali comme un pays ami si les roles etaient inverses et que le Mali donnait refuge, armes et soutient politique a des groupes armes qui s’adonnaient a des mouvements de destabilisation sur le territoire francais?
    Toute personne informee sur l’origine reelle de la crise actuelle sait que la France qui se dit etre ami du Mali a trahi notre pays afin que elle (la France) puisse atteindre ses objectifs geopolitiques. Mais aucun homme politique Malien jusqu’a ce jour n’a pu denoncer l’hypocrisie et la trahison francaise contre le peuple Malien, et vous pretendez etre des patriotes alors que vous vous taisez quant vous devez denoncez et defendre la reputation de votre pays face a un colonialiste pret a tout!
    Pourquoi ne parlez vous jamais sur RFI du fait que le Mali ne serait pas dans cette insecurite vous deplorez autant si le MNLA n’avait pas ete arme et suporte par la France contre nos interets nationaux?

    Monsieur Drame, si vous etiez ce patriote vous pretendez etre, vous alliez reconnaitre la validite des points soulignes par Issa sangare dans sa lettre ouverte, car votre declaration sur RFI ne discredite pas seulement IBK et son gouvernement, ca va loin au dela, et le fait que c’est venu d’un elu du people qui a preter serment de veiller sur les interest de la nation Malienne est en soit une aberration.
    Le genre de propos vous avez tenu peu en fait contibuer a isoler le Mali comme sources dune ’insecurite qu’il exporte chez ses voisins. Si votre but etait de denoncer la mauvaise gestion de IBK et son gouvernement (pour bonnes raisons), force est de reconnaitre que vous n’avez reussi qu’a magnifier une mauvaise image du Mali percue de l’etranger.
    Avant de vous empresser a donner des interviews sur RFI, informez vous d’abord sur les themes que vous voulez developer, critiquer le gouvernement pour son irresponsabilite est une chose noble, mais discrediter le Mali et les Maliens est une bavure enorme surtout venant d’une personalite de votre stature.

    Tres respectueusement,