Mali : les Attaques récurrentes contre le Camp de Nampala « Je me pose des questions » 6


Nous sommes le 22 décembre 2008, le quotidien national L’Essor dans sa livraison n°16348 nous relate que le Camp de Nampala fut attaqué par les bandits armés. C’est une première en son genre, et les insurgés étaient dirigés par un chef rebelle Ibrahim Ag Bahanga. L’attaque a commencé aux environs de 3 heures du matin, toujours selon l’Essor les insurgés étaient à bord de 16 véhicules de type 4X4 bien équipés, et qui transportaient une cinquantaine d’hommes. Le bilan est lourd du côté de nos forces de défense, les combats ont fait 15 morts et 13 blessés et pour le camp adverse pas de chiffre.

Lundi 5 janvier 2015 tôt le matin, le même camp a reçu la visite des assaillants. Le journal Le Républicain avance le chiffre de sept (7) morts en plus des dégâts matériels. Cet assaut avait été revendiqué par AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique).

Lundi 3 août 2015, Studio Tamani nous informe que « vers 15H00 » qu’une escorte des forces armées du Mali est tombée dans une embuscade sur l’axe Diabaly-Nampala, à 6 km de Toulé, commune de Nampala, dans la région de Ségou. Bilan deux (2) soldats morts et quatre (4) autres blessés.

Nous sommes le mardi 19 juillet 2016, tôt le matin on nous apprend pour la énième fois que le fameux camp de Nampala fut visité par les assaillants. Le décompte des morts du côté des FAMAs (Forces Armées du Mali) est lourd : 17 morts et 35 blessés. Cette attaque a été revendiquée par l’Alliance Nationale pour la Sauvegarde de l’Identité Peulh (ANSIP), le tout dernier né des mouvements au Mali.

A lire aussi: In memoriam capitaine Sékou Traore alias « Bad »

Credit photo: Compte twitter Salif Sanogo

Crédit photo: Compte twitter Salif Sanogo

Les attaques récurrentes contre le Camp de Nampala, « je pose me des questions »

Je me pose la question de savoir si nous avons réellement appris des leçons du passé

Sun Tzu  nous enseigne dans son livre ‘’L’art de la guerre’’ page 109, que : « nous devons étudier avec soin les leçons qui ont été apprises lors des guerres passées au prix du sang et qui nous ont été léguées ». Je me pose la question de savoir si nous avons réellement appris des leçons du passé. Des différentes et multiples attaques contre le camp de Nampala en particulier, et en général de tous les autres camps militaires de Mopti à Aguelhok : avons-nous tiré des leçons suite à ces attaques ? Avons-nous évalué et pris des mesures régaliennes pour contrecarrer d’éventuels assauts des assaillants ? Avons-nous changé de mode opératoire pour la protection de nos camps militaires ?  J’en doute.

Sun Tzu dans ‘’L’art de la guerre’’ pense que « la seule constante dans la guerre est le changement constant ». Je me pose la question de savoir si réellement nos stratèges ont lu Sun Tzu, car le même camp de Nampala de manière récurrente est le théâtre des attaques des groupes armés ou djihadistes. Contrairement à ce que l’art de la guerre nous enseigne, au Camp militaire de Nampala de 2008 à nos jours la seule constante est l’immobilité constante,  le non changement de nos tactiques et techniques.

Dans le même livre page 170, Sun Tzu nous dit que: « Etre assuré de prendre ce que vous attaquez, c’est attaquer un point que l’ennemi ne protège pas ». Je me pose la question de savoir si les assaillants sont au fait que les FAMAs ne protègent pas leur camp de manière statique, de surcroît en période de guerre !

Je me pose la question : où sont nos services secrets ?

Chia Lin, un disciple de Sun Tzu dit : « qu’une armée sans agents secrets est exactement comme un homme sans yeux ni oreilles ». Je me pose la question : où sont nos services secrets ? À plusieurs reprises le camp est attaqué presque avec les mêmes techniques. De nos jours, avec tous ces moyens de communication, nos services secrets ne parviennent pas à appréhender en amont ces multiples attaques contre le camp militaire de Nampala. Lorsqu’on remonte le temps, nous nous rendons compte que nos arrières-grands parents avaient des moyens de communication pour alerter le danger venir vers le camp ou le village, à  titre d’exemple nous pouvons citer : le feu, le tambour, le sifflet etc. des agents secrets étaient en permanence stationnés dans des coins stratégiques pour alerter le quartier général par les moyens sus-visés. Nos grands parents étaient-ils plus habiles que nous ? Avec tous ces moyens de communication que nous avons : internet, téléphone, voiture, moto, radio… nous ne parvenons pas à égaler nos ascendants : il y a lieu de se remettre en cause.

Les assaillants ont-ils été à l’école de Sun Tzu ? car ce dernier nous apprend que : « Le moral de l’ennemi est l’objectif prioritaire entre tous. Il est primordial de le saper préalablement au choc des armées ». Du Camp d’Aguelhok dans la région de Kidal à celui de Nampala dans la région de Ségou (500 kilomètre de Bamako), nous assistons depuis 2012 à des assauts contre les camps militaires des FAMAs, et très généralement l’objectif des rebelles et de leurs acolytes djihadistes reste le même, c’est de tuer le maximum de soldats maliens pour saper le moral des survivants.

En conclusion, l’auteur souscrit entièrement à la proposition de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) qui invite les autorités compétentes à procéder à une évaluation sérieuse de l’efficacité des programmes de formation dispensés dans le cadre de la remise à niveau de nos Forces Armées à la lumière des menaces immédiates et futures pesant sur la sécurité et l’intégrité territoriale du Mali.

Je termine cet article en m’inclinant devant la mémoire de tous les FAMAs tombés sur le champ d’honneur.

 

Washington DC, le 20-07-2016

Issa Balla Moussa Sangaré

Malien d’aujourd’hui à la quête des ses valeurs ancestrales et sociétales

The following two tabs change content below.
Issa Balla Moussa Sangare
Un Africain, de nationalité malienne et installé aux USA depuis 2009, précisément à Washington DC. Je suis Blogueur, Webactiviste & Panafricaniste d'obédience Modibo Keïta, Kwameh N'krumah et Julius Nyerere. Sur ce blog je parlerai de l’Afrique car je suis très attaché à mon continent d’origine et singulièrement de mon pays natal (le Mali). Je m'appesantirai également quelquefois sur mon pays de résidence (USA) et le vieux continent (l’Europe).

Issa Balla Moussa Sangare

A propos de Issa Balla Moussa Sangare

Un Africain, de nationalité malienne et installé aux USA depuis 2009, précisément à Washington DC. Je suis Blogueur, Webactiviste & Panafricaniste d'obédience Modibo Keïta, Kwameh N'krumah et Julius Nyerere. Sur ce blog je parlerai de l’Afrique car je suis très attaché à mon continent d’origine et singulièrement de mon pays natal (le Mali). Je m'appesantirai également quelquefois sur mon pays de résidence (USA) et le vieux continent (l’Europe).


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “Mali : les Attaques récurrentes contre le Camp de Nampala « Je me pose des questions »

  • MDiallo

    Merci Issa pour cet article tres informatif.

    Donc les Peuhls aussi veulent malheuresement se comporter comme les Touaregs, je dirai que cet etat de fait est une consequence a laquelle il fallait s’attendre!

    Les differentes ethnies du pays voient que les Touregs rebels sont injustement favorises plus que les autres parcequ’ils ont pris les armes, apparement les Peuhls aussi ont compris qu’il faut prendre les armes pour etre pris au serieux, a ce rythme quelles autres etnies vont marcher dans la meme direction pour reclamer les memes traitements de faveure accordes aux Touaregs?

    Un pays ne peut etre stable que quant tous ses citoyens sont traites a egal devant les lois et institutions de la nation, mais dans le cas du Mali, c’est l’etat meme qui s’est permis de favoriser les groupes rebels au detriment du reste de la nation, j’ai l’impression qu’on commence deja a voire les consequences de leur bavures.

    Je ne doutes pas que nous avons tous enttendu cet fameux dit-on qui stipule que « ceux qui n’apprenent pas des erreures du passé sont condamnes a repeter les memes erreures. »

    Une armee ne doit etre surprise plus d’une fois par la meme startegie d’attaque, car les lecons tirees de la premiere attaque surprise devront servire a prevenire les suivantes, la question de savoire ce que font nos soit disants strateges militaires merite d’etre posee!

    Mais le constat est que le chef supreme de l’armee a choisi de s’adonner au tourisme a travers des pays du monde entier deja stables et securises, plutot que de faire face a la nature precaire de la situation securitaire du Mali, l’election de ce monsieur IBK fut une vraie malediction pour la nation malienne.

    Tous les pays de ce monde qui ont avancer on ete fait par des dirigeants forts, integres et travailleurs, l’example Africain de Paul Kagame du Rwanda et ce qu’il a pu realiser de la fin de leur guerre civile a ce jour est largement suffisant pour tout dirigeant consciencieux du bien etre de son pays, mais qu’en est il chez nous au Mali?

    Les FAMAS sont entrain de donner leur vie au front pendant que les politiques ne sont preocupes que de la qualite de leur vie aux frais du contribuable Malien, tout montre a croire que ce pays va tout droit au mure si on ne se resaisi pas et mettre fin a ce desordre permetant a une poignee d’individus de detruire les espoires et future de toute une nation.

    Si on se leve pas pour arracher la pendule malienne des mains de ces criminels de dirigeants afin de la remettre la l’heure, il faudra s’attendre au pire dans un future pas lointain.

    Peace!

    • Issa Balla Moussa Sangare
      Issa Balla Moussa Sangare Auteur du billet

      Merci M. Diallo pour cette contribution.

      En effet, comme tu as si bien dit c’était prévisible cette situation vu que ceux prennent les armes au Mali sont toujours les plus favorisés et écoutés. Mais malheureusement on entendait cette réaction des Peulhs qui sont connus chez nous et partout dans le monde pour leur nomadisme, le commerce…
      En réalité ce sont les conséquences du fait que les pouvoirs publics ne parviennent à asseoir l’autorité l’Etat dans tout et partout Mali.
      Effectivement, cet adage qui dit « qu’un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre » prend tout son sens dans notre situation, quatre attaques sur le même camp militaire. Que ça soit les pouvoirs publics ou les forces de la défense, ils ont oublié notre passé et c’est triste car nous le payons cash aujourd’hui.
      A mon humble, en 2018 il faut une correction politique sans précèdent et à l’echelle internationale au RPM et tous les autres partis politiques de cette soi-disant majorité présidentielle.

      Ils ont déjà montré leur limite, et on a tendance à croire qu’ils ne sont venus au pouvoir pour le peuple.

      C’est triste

  • NDIAYE

    Merci pour ton éclairage mon Frère, les Maliens ont élu un président Mou Mr IBK pas de stratégie militaire, pas de plan économique comme au Sénégal (plan émergent), pas de vision à long terme. Dès son élection le président IBK a fait tomber ses larmes pour la mort des journalistes européens tués au Nord du Mali, cela montrait déjà la faiblesse de notre cher Président IBK, a-t-il pleuré pour les soldats Maliens qui sont disparus sur les champs de batailles?
    La télévision ORTM pour endormir les peuples Maliens :
    Encore pire à la télévision Malienne ORTM, ils parlent sans cesse de la paix et réconciliation, c’est vraiment aberrent de parler de ces choses si en face tes ennemis (terroristes) veulent te tuer et récupérer tes territoires. J’ai l’impression que le Mali a perdu le Nord et le Président n’a plus de pouvoir pour chasser les touristes.
    La France double facette :
    La France est sur deux terrains tant tôt avec le Gouvernement IBK tant tôt avec les terroristes, c’est désolant et inacceptable, ces terroristes ont des représentants en France et ils interviennent même sur leurs médias, la France est présente au Nord ni pour les deux protagonistes mais pour ses propres intérêts.
    La Stratégie :
    Qui met en place des stratégies pour les soldats maliens ? Sans doute les soldats français, si nous voulons récupérer le Nord il faut former les soldats maliens en lien avec aucune organisation extérieure ni ces pays voisins car dans ces conditions nous ne pouvons faire confiance à personne et mettre à disposition à nos soldats maliens des outils militaires.
    Les occidentaux ont un projet, c’est d’éclater à nouveau le continent africain en mille morceaux !
    Maintenant à nous de jouer et de ne pas attendre l’année 2018 sinon ça sera trop tard !
    La Patrie ou la mort ! vive le Mali !

    • Issa Balla Moussa Sangare
      Issa Balla Moussa Sangare Auteur du billet

      Merci frère de sang pour la contribution,

      Au risque de te répéter, je souscris à tout ce que tu as dit sur notre président, sa politique et sa vision au cas ou il en a.
      Concernant ce que tu as souligné, le projet des occidentaux de faire éclater à nouveau notre cher continent, à voir tout ce qui passe en Afrique une grande balkanisation n’est pas épargnée dans un avenir proche.

      Mais cher Frère de sang, on ne peut qu’attendre 2018 pour donner une correction électorale dans précèdent au président IBK et à cette soi-disant majorité présidentielle. D’ici là sensibilisons, conscientisons autour de nous-mêmes, sur les réseaux sociaux… la correction doit venir des unes et cela et faisable

  • Kadiali Keita

    Des questions pertinentes ont été formulées, il reste à trouver leurs réponses adéquates. Je pense aussi que la faiblesse des services de renseignements militaires devrait être corrigé rapidement. La récurrence des attaques de la même cible avec succès des assaillants nous autorise à soupçonner des complices ou traîtres dans les rangs des FAMAS ou des populations environnantes.

    • Issa Balla Moussa Sangare
      Issa Balla Moussa Sangare Auteur du billet

      Merci Kadiali pour la réaction,

      En réalité, nous nous posons les mêmes questions depuis la nuit des temps, elles sont toujours restées sans réponse. D’après un internaut sur twitter les enquêtes sont toujours ouvertes mais elles ne sont jamais refermées. Effectivement il peut y avoir des traite endogène, tout est possible, il y avoir des complices au sein de FAMAs ou bien du village environnant, mais qu’à cela ne tienne, la tâche revient à nos forces de défense, de securité de trouver des solutions idoines pour contrecarrer d’éventuels assauts des assaillants.

      Continue à nous lire et laisser des commentaires, les critiques et sugestions sont également les bienvenues