Lorsque chez soi devient « un sens interdit »

Article : Lorsque chez soi devient « un sens interdit »
11 avril 2016

Lorsque chez soi devient « un sens interdit »

« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent dans le cachot du désespoir (…) car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse »  Aimé Cesaire

Le panafricaniste Issa Balla Moussa Sangaré
Le panafricaniste Issa Balla Moussa Sangaré

Lorsque chez soi devient un sens interdit : ne revient pas, reste là où tu es !

En disant à ses proches qu’on se prépare pour retourner au bled, tes amis, camarades, connaissances virtuelles même tes ennemis te supplient pour ne pas rentrer comme ni notre Faso (pays) est devenu l’enfer sur terre. Mais ce qu’ils oublient, personne ne viendra l’édifier à notre place. Il fut un temps, nos parents étaient aussi hors du pays pour diverses raisons : études, commerces… mais en un moment donné, ils sont rentrés pour contribuer à l’Essor du pays. En restant tous à l’étranger, nous allons laisser la place aux prédateurs, ils vont s’emparer de nos terres et nos biens et ça sera une recolonisation totale, j’ai peur que cela ne soit pas déjà le cas. Le jour que nous déciderons de renter, nous risquerons d’aller travaillé pour eux comme ce que nous faisons à l’occident. Comme le dit l’autre : « ça sera de revenir chez soi en étranger ou bien d’être un aventurier sur sa terre natale ».

Lorsque chez soi devient : tout le monde veut partir

Vieux, jeunes, hommes, femmes et enfants (la grande majorité) veulent quitter notre Faso comme si partir est la délivrance, synonyme de bonheur, de réussite. En réalité peu importe pour eux, qu’il soit synonyme de bonheur ou pas, tout ce qu’ils veulent c’est de partir, de tourner le dos à ce milieu infernal de paupérisation aigüe. Allez savoir pourquoi, les agences d’immigration pour le Canada sont si sollicitées, combien comptabilisent-elles comme chiffre d’affaire pour le montage des dossiers des candidats pour l’immigration ? allez savoir pourquoi les cliniques accréditées pour les visites médicales pour immigrer au Canada sont si sollicitées? Le cas du Canada ne concerne que les intellectuels, quant aux analphabètes, ils veulent juste partir peu importe la destination pourvu de quitter le faso seulement.

Lorsque chez soi devient : la même rengaine, ça ne va pas, hier était mieux qu’aujourd’hui

Seuls nos gouvernants et leurs acolytes disent que tout va bien, mais on le sait dans leur tréfonds, ils sont conscients de la réalité. Ailleurs, chez la masse laborieuse, la société civile, les porteurs d’uniforme en un mot les forces vives de la nation, c’est le même refrain : ça ne va pas, hier était mieux qu’aujourd’hui. Je n’ai pas pu oublier la phrase de cette mère de famille qui m’a dit : « ca ne va pas, nos filles sont là, elles ont terminé avec les études, elles n’ont pas de boulot, elles essaient tout par fini si elles n’ont rien elles se tapent le trottoir». Lorsqu’une mère de famille te regarde dans les yeux pour te dire cela, c’est que ça ne va vraiment pas.

Lorsque chez soi devient : le rêve n’est plus permis, il n’y a plus d’avenir

Le seul rêve pour mes contemporains c’est de partir, comme si le départ est synonyme d’une vie meilleure, plein de bonheur. Mais ceux qu’ils ne savent pas, la majorité d’entre nous, donc de la diaspora, ne raconte pas la réalité des choses et des faits, ici ce n’est pas l’Eldorado. Ma génération pense qu’il n’y a point d’avenir pour eux au faso, elle pense que leur avenir se trouve à ailleurs, donc il faut partir.  Rester là-bas est comme être possédé par les démons  et la délivrance n’interviendra en quittant le pays.

Lorsque chez soi devient une prison : l’avenir est scellé entre quatre murs.

Mes contemporains qui sont, volontairement ou involontairement restés au pays, pensent qu’ils sont emprisonnés, que leur avenir est scellé et le dernier recours pour la libération psychologique ou physique c’est de fuir, de partir, de quitter le faso pour de bon pour ne plus revenir. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ma visite de la Maison des Esclaves de l’île de Gorée, là-bas il  y avait un quai dénommé : ‘le chemin de non retour’. Avant nos parents et arrières-grands-parents étaient amenés de force sur ce quai pour le voyage en sens unique, donc pas de retour. De nos jours, la majeure partie de ma génération, de leur propre gré, veut quitter pour le voyage en sens unique, pour ne plus revenir : sommes-nous les damnés de la terre ? Non je refuse de croire à cela, une autre Afrique est possible.

Mon Chez moi, mon faso c’est le Mali, mais en tant panafricaniste, ayant visité plusieurs pays africains francophones, mieux encore avec l’internet et les réseaux sociaux, je suis en mesure de vous témoigner que ce n’est pas le Mali seulement qui souffre de nouvelle pandémie mais l’écrasante majorité des pays de l’Afrique noire, singulièrement de l’Afrique francophone.

Ce texte est un requiem pour les 300 jeunes maliens qui sont mort en 2015 dans la méditerranée selon le ministre malien des maliens de l’extérieur Dr Sylla, c’est pour également ceux dont les corps n’ont pas été retrouvés ou repêchés.

Ce texte est une oraison pour tous les fils et les filles de Mama Africa qui sont mort en agonisant dans les forêts de Ceuta et Melilla, à la recherche du bonheur pour leurs ascendants et descendants.
Une oraison pour tous ces enfants de la mère des terres, qui ont rendu l’âme lors de la traversée du désert du Sahara en fuyant l’Afrique à la recherche d’un lendemain meilleur.

Washington DC, le 11-04-2016

Issa Balla Moussa Sangaré

Africain désabusé

Partagez

Commentaires

MDiallo
Répondre

Mon frere Issa, comme d'habitude l'article est a la hauteur de ce que j'attends toujours de "La Plume d'Issa."

Le cas de nos pays Africains est vraiment grave, mais c'est particuliement le cas du Mali qui va de mal en pire helas.
Bien que je comprends la preocupation soulignee dans l'article, je ne peux m'empecher en meme temps de comprendre pourquoi tout le monde veux partire. Quant on parle des maux du Mali, beaucoup on tendance a penser seulement aux realites qu'on constate a Bamako la capitale du pays, mais les realites de l'interieure sont encore pires que celles de Bamako, raison pour laquelle les villages se vident de plus en plus de leurs bras valents qui viennent a Bamako pour aider a ameliorer les choses au village.

Depuis l'aube des temps, les mouvements d'immigrations ont toujours ete motives par des raisons socio-economiques, l'etre humain de nature est en quette perpetuelle d'une vie paisible lui permetant de manger a sa faim et d'elever sa famille dans un environnement decent.
C'est en fait le manque de ces conditions minimale de vie qui poussent beaucoup de jeunes gens a immigrer vers ce qu'ils percoivent comme un future meilleure.
Dans le cas precis du Mali, non seulement ca ne va pas, mais ca va de mal en pire d'un regime a un autre.

On reprochait a GMT une mauvaise gestion du pays, ce qui etait relativement vrai en son temps, mais la securite sur le territoire nationale n'a jamais ete mis en cause quant GMT etait president du Mali, reste a savoire quant est-ce qu'on va encore connaitre une telle securite et tranquilite d'esprit sur toute l'etendue du territoire nationale, car rien n'est possible sans la securites des biens et des citoyens.

Je ne suis pas entrain de defendre GMT car je sais qu'il a commis des bavures, en fait je tiens a souligner que je faisait partie de cette generation qui a prie les rues de Bamako contre son regime, beaucoup de nos camarades ont perdu leur vie, comme d'autres ont ete serieusement blesses pour le restant de leur vie. La verite est que beaucoup d'entre nous ne savaient pas trop pourquoi on nous faisait sortire contre ce regime dont on ne savait pas grand chose en son temps a part les propagandes de Oumar Mariko qu'on nous repetait sans arret.
La jeunesse etant souvent synonyme de fougue et de naivete, on sortait volontier pour lancer des pierres face des militaires armes de fusils d'assauts roulant dans des machines de guerre. Ce qu'on etait loin d'imaginer pendant qu'on risquait nos vie etait que les vautours de la scene politique actuelle s'etaient deja mis d'accord avec leur allie neocolonialiste (La France) qu'il fallait pousser la jeunesse malienne contre l'armee nationale jusqu'a ce qu'il ai un carnage assez important afin de denigrer le regime GMT et justifier un coup d'etat qui sera approuve par la nation entiere et le reste du monde.

Il est important de souligner ce fait pour que tout le monde comprenne que cette generation de leadeurs politiques qui a mis le Mali a sac n'a jamais eu le bien etre du faso ou des citoyens ordinaires a coeur.

Je tiens a preciser que je ne suis pas un nostalgique du regime GMT, car il est claire que ce regime pouvait faire mieux sur beaucoup de plan pour ameliorer le quotidien du Malien, mais il a prefere tout donne a un cercle ferme pendant que le reste du pays trimait dans la misere avec des fonctionnaires de l'etat sans salaires pendant des mois successives.
Mais je suis nostalgique des acquis dont le peuple malien jouissait sous GMT, a savoire la securite des biens et des citoyens assuree par une vraie armee nationale forte et equipee, et la bonne qualite de l'education nationale qui voyait nos etudiants briller dans toutes les universites de ce monde, tous ces acquis sont helas inexistents de nos jours.
Je ne peux m'empecher d'etre envahi par un regret enorme voyant que la nation malienne ne fait que regresser d'un regime au suivant, j'etais pas present au temps du president Modibo Keita, mais toutes les documentations que j'ai lu a son sujet temoignent en majorite de sa bonne gouvernance du pays jusqu'au jour ou le colonialiste decida de lui mettre les batons dans les roues et tourner le peuple malien contre lui, c'est le meme Moussa Traore qui finira par etre l'agent du coup d'etat qui detronna Modibo, le reste est une histoire bien connue de nous tous.
Au jour d'aujourdhui, la majorite des historiens sont unanimes sur le fait que le Mali n'a jamais eu un dirigeant qui a les memes qualites de leadeurs que le president Modibo keita, ou qui a pu accomplire autant de projets de developement quant a la creation d'entreprises etatiques au service de la nation.

GMT pris le pouvoire avoir avoir ejecte Modibo keita et le garda pour une vingtaine d'annees, bien qu'il n'a pas pu diriger le pays avec les memes exploits que son precedent, il a quant meme pu preserver certains des acquis les plus importants legues par Modibo jusqu'au coups d'etat d'ATT qui le detronna lui aussi avec l'aide du colonialiste, ironie de l'histoire dit -on!

Le drame Malien commenca en realite apres GMT, avec l'arrivee de ces dirigeants soit disant democrates, mais qui sont en realite des individus depourvus de tout sense du devoire, de l'honneur, de la dignite ou de l'integrite.

Alpha O. Konare s'est debrouille a foutre en l'air deux des acquis les plus importants qui sont la bonne qualite du systeme educatif, et les sous-bassements sur lesquels reposaient la securite du nord Mali. AOK et son premier ministre d'entant IBK furent parmis les premiers a signer l'un des premiers accords qui exigeaient que l'armee malienne se retire de certains points strategiques au nord Mali, des postes strategiques qui leur permetait de securiser le nord et le reste de la nation par extension. Le nord Mali ne pouvait jamais etre aussi envahi et incontrolable si l'armee avait garder ses garnisons dans ces zones strategiques comme ca a toujours ete le cas pendants les 23 annees de la presidence de GMT, raison pour laquelle l'une des premieres demandes des groupes rebeles etait que l'armee nationale quittent ces zones.

AOK et IBK savaient tres bien ce qu'un tel accord voulait dire pour la securite du Mali, mais les consequences qui pouvaient decouler de cet accord etaient les derniers de leurs soucis, tout ce qu'ils voulaient etait de jouire du pouvoir et laisser leurs succeseurs se debrouiller avec les consequences que nous connaissons aujourdhui. Le regime AOK fut defini par une corruption a haute outrance, si grave que la revue "Jeune Afrique" sorti un numero sur les nouveaux milliardaires du Mali qui se sont enrichi sur le dos du contibuable malien, le sort du Mali n'a jamais ete leur preocupation.

Ensuite ce fut le tour de ATT a la presidence, l'ecole malienne etait deja au fond du trou, la securite nationale plus fragilisee que jamais, en tant que generale de notre armee nationale il s'est pas donne la peine de solidifier nos defenses frontalieres ou donner a l'armee les outils qui lui sont indispensables. Il a prefere laisser le nord Mali tel qu'il etait afin qu'il puisse lui meme s'adonner a ses activites douteuses qui ne sont pas le sujet du jour.
ATT a vu venire cette explosion de la crise du nord depuis le debut de son premier mendat, mais il a prefere compter sur son ami Kadhafi de la Lybie pour calmer les tensions repetitives au lieu de prendre les dispositions necessaires en vrai militaire, qui auraient permis au Mali d'avoire une armee prete a le defendre, le reste est une histoire connue de nous tous.
Sous ATT comme sous AOK, la corruption rampante permit a des individus de s'enrichire enormement sur le dos du contribuable pendant qu'on nous disais que le Mali n'a pas les moyens de former et d'equiper son armee. En d'autre termes l'etat n'a les moyens que pour enrichire les dirigeants du pays, le peuple est laisse a lui meme insecurise, pauvre et affame.

Quant ce fut le moment d'elire un president apres le coup d'etat contre ATT, les Maliens n'ont pas trouver mieux que ce meme IBK qui fut l'un des signataires d'un accord ayant pour consequences la deterioration de nos defenses militaires du nord Mali.
Comment peut on compter sur le meme individu qui fut de part son attitude irresponsable a l'origine d'un probleme, et esperer qu'il va etre assez responsable maintenant et apporter une solution a ce meme probleme?
La seule chose accomplie par IBK concernant la crise du nord fut la signature d'un autre accord pire que le precedent, qui de part ses clauses ignorees par le peuple malien, na fait que garantire la repartition future du territoire nationale en deux pays souverains et independants, avons nous le droit d'etre surpris que IBK ai accepte de signer un tel accord alors qu'il a deja fait quelque chose de semblable dans le passe?
Comment peut on continuer a faire confiance en ces memes politiciens qui nous on deja montre que le Mali n'est pas leurs priorite???

Le constat est donc indeniable, le Mali va de mal en pire d'un regime a un autre et cela sur tous les plans, la pauvrete bas son plein, le manque des infrastructures de sante est incroyables, l'education des jeunes gens est a genoux, et n'en parlons pas de l'insecurite rampamte qui se manifeste jusqu'a Bamako. Mais ce que beuacoup n'ont pas encore realise est que toutes ces crises que le pays traverse ont commence apres l'arrivee de ces dirigeants qui ont choisi de vendre le future du pays afin de remplire leurs comptes bancaires. Malgre tout ce qu'on a pu reprocher a GMT, on ne peut s'empecher de reconnaitre qu'il n'a jamais pose d'actes dont les consequences pouvaient mettre en cause la securite du territoire nationale ou favoriser une division future du pays en deux nations. L'ironie de l'histoire est que GMT s'est impose par un coup d'etat en 1968, mais le Mali allait mieux sous lui que sous ceux-la nous avons nous meme choisi (AOK, ATT et IBK) par la voie des urnes, au lieu de tirer lecon des erreures du passe on a choisi de continuer a repeter la meme erreure en choisissant IBK comme president apres son palmares tres bien connu (pendant une vingtaine d'annees) de trahison de la nation malienne.

La majorite des maliens n'aimeraient vivre nul part qu'au Mali si on leur permetait de vivre avec dignite et honneur, mais la realite actuelle veuille que tu acceptes de corrompre ou d'etre corrompu ou de prendre part dans des manigances de vols organises qui sont souvent d'une envergure etatique, tout cela pour seulement trouver de quoi nourire ta famille ou simplement jouire de tes droits legitimes de citoyens du faso.

La corruption de nos leadeurs politiques et fonctionaires de l'etat a creer un environnement dans lequel le malien ordinaire n'arrive plus a manger a sa faim, a se faire soigner quant il tombe malade, a se loger de facon decente, a eduquer ses enfants pour un future meilleure, la liste est longue helas.
Face a une telle realite qui te laisse peu d'alternatives, ceux- la qui sont motives a ameliorer leur vie et celle de leur familles essayeront de facon tres legitimes d'aller voire ailleurs, c'est cela oubien se resigner a rester dans une misere dont on ne voit pas une issue.
Il est evident que tout le monde n'aura pas la chance de sortire du Mali, mais je dirai personnellement bon vent et bonne chance a tout ceux qui peuvent aller ailleurs pour attenuer la souffrance de leurs familles restes au faso. Sortire du Mali n'est pas en soi un probleme, mais c'est oublier d'oeuvrer pour changer le Mali qui peut etre un probleme, l'example des Sarakoles de la region de Kayes et les infrastructures qu'ils ont mis en place temoignent de cela.
Parceque la situation actuelle qui prevaut au Mali ne laisse a mon avis que deux alternatives a choisire:
1) Aller chercher une vie meilleure pour soit et sa famille en dehors du pays.
2)Mener une revolte au vrai sens du mot afin de debarasser le pays de ces vermines de politiciens causant le malheur des citoyens.
Le probleme avec la deuxieme alternative est que quant on est affame, on a du temps que pour chercher a manger.

Peace!

Issa Balla Moussa Sangare
Répondre

Merci M. Diallo pour cette réaction. J'ai l'impression que le choix de mes thèmes à debattre t'interesse sincèrement, la preuve est le volume, la quantité et la qualité de tes réponses sur les différentes publications.
Ceci dit, mon avis diffère du tien en ce qui concerne les cas Général Moussa Traoré alias GMT, en ce sens qu'il fut le premier président à signer la demilitarisation du Nord à savoir les accords de Tamarasec de 90. Il faut dire que GMT tracé le chemin à suivre et ses successeurs AOK et ATT ont emboité le pas et le dernier est IBK.
Par dela, tu as raison sur le fait le Mali va de mal en pire, on va droit au mur. Rien ne marche, et cela dans tous les secteurs:santé, éducation, securité... Nous avons cru qu'après la crise multidimensionelle que le pays a connu entre 2012-13, que nos compatriotes allaient avoir les yeux ouverts, mais la mort dans l’âme, le Malien lambda n'a pas changé d'un iota. Ils ont élu un président qui n'est qu'un produit fini du système famieux de nos soi-disant démocrates. Et en deux et demi, voilà où nous sommes dans l'impasse totale. Oui à la révolution mais une révolution non préparée ne sera rien d'autre qu'une révolte et très générallement elle ne conduit qu'à l'anarchie. Il faut d'abord une revolution psychologique, le Malien doit changer, il faut reformater l'homme malien. Et même pour cela, il faut des bons leaders, un bon leadership car depuis que le monde est monde, ce les leaders qui inspirent la population.
C'est triste ce que la population malienne vive aujourd'hui, les trois repas ne sont pas assurés dans toutes les familles. Je suis arrivé à la conclusion que nos dirigeants de ces dernieres années GMT à IBK avec la majorité de la classe politique doivent tous rendre compte au peuple souverain car ce que vous vivons n'est pas tombé du ciel, c'est une machination scientifique qui a été mise sur place depuis longtemps.
C'est chaud et tout le monde veut partir, comme le dit Aimé Cesaire: "un homme qui crie n’est pas un ours qui danse"

MDiallo
Répondre

Merci pour le feedback Issa.

Il est evident que les themes addresses dans tes articles m'interessent enormement, au jour d'aujourdhui tous les Maliens soucieux du devenire de notre nation devront etre interesses par ces themes que tu te donne la peine de choisire et developper avec soin et attention. J'aurai voulu voire beaucoup plus de maliens apporter leur reactions a tes articles, car ton blog est en fait un outil super important qui peux contribuer enormemnt a faconner les mentalites et orienter les mouvements sociaux economiques et politiques a travers des campagnes d'informations et de sensibilisation pouvant aider le pays vers un future meilleure. Ces themes sont tellement reels et preocupants au Mali que je ne peux me permettre de simplement lire tes articles pour ensuite vaguer a mes occupations comme si rien ne se passe.
Je ferai toujours mon posible pour reagire a tes ecrits et apporter ma modeste contribution, a vrai dire c'est toi qui fourni tout l'effort Issa, nous autres n'avons aucune excuse de ne pas supporter cet effort si on est sincerement preocupes par le sort du Mali, donc tu peux toujours compter sur une contribution de qualite de ma part, et je tiens a exorter mes compatriotes qui consultent ce blog d'en faire autant.

Concernant l'accord de Tamnarasset, je tiens a preciser que cet accord ne demandait pas la demilitarisation totale des regions du nord Mali, mais il demandait a ce que les effectifs militaires soient reduits, que les casernes militaires soit relocalisees sur d'autres sites, et que les activites militaires aient lieu en dehors des zones de forte populations et des paturages, etc...,mais une demande de demilitarisation ne faisait pas partie de cet accord.
Trouve ci-dessous quelques articles de l'accord de Tamnarasset relatifs a la presence de l'armee Malienne:

ARTICLE 4 : Les Forces Armées Maliennes ne mèneront aucune activité susceptible de donner lieu à des accrochages avec les combattants. Elles procèderont à un allègement progressif de leur dispositif dans les 6è et 7è régions.

ARTICLE 5 : Dans le cadre du présent accord les Forces Armés Maliennes se désengageront de la gestion de l’administration civile et procèderont à la suppression de certains postes militaires.

En ce qui concerne les villes (Chefs-lieux de régions et de cercles), les casernes seront progressivement transférées vers d’autres sites plus appropriés.

ARTICLE 6 : Les Forces Armées Maliennes éviteront les zones de pâturage et les zones à forte concentration de populations dans les 6è et 7è régions.

ARTICLE 7 : Les Forces Armées Maliennes se confineront à leur rôle de défense de l’intégrité territoriale dans les frontières.

ARTICLE 8 : Les combattants peuvent intégrer les Forces Armées Maliennes dans les conditions définies par les deux parties.

Vois tu Issa, contrairement a ce qu'on enttend dire et ecris un peu partout sur les medias, il n'ya rien dans l'accord de Tamnarasset qui exige la demilitarisation du nord Mali, et je ne suis pas du tout surpris parceque je suis convaincu que GMT n'allait jamais accepter une telle demande venant des groupes rebels, parceque il etait quant meme un vrai militaire malgre sa mauvaise gestion du pays sur d'autres palans.
Mais ce qui est plus important a souligner est le fait que GMT a toujours maintenu une armee forte et prete a assurer la securite sur le territoire nationale, et c'est cette armee qui fut delaissee et abandonnee par ses successeurs d'ou la consequences que nous vivons aujourdhui.
Je repetes encore que GMT a certainement commis des bavures, mais il faut aussi reconnaitre que le Mali etait plus securise sous son regime contrairement a celui de ses successeurs qui ont sciament choisi de dementeler notre armee parcequ'ils craignaient un coup d'etat militaire, nous voici entrain de recolter les consequences.

Issa Balla Moussa Sangare
Répondre

Merci encore M. Diallo une fois de plus pour l'attention que tu portes sur mes modestes publications.
Effectivement dire que l'accord de Tamnarasset est à la base de la démilitaration du Nord du Mali est purement qu'un à bus de language. Mais en lisant, les articles 4,5,6 et 7 que tu a publié, tu seras d'accord avec moi qu'ils voulaient insunier une démilitarisation progressive dans les 3 trois régions du Nord. Nous pouvons dire que le fait de revoir à la baisse le nombre de militaires dans les camps du Nord depuis 1990 a donné quartier libre aux assaillants, nacrotrafiquants... de s'installer plus aisément.
Je suis quand même d'accord avec toi que durant le regime dictatorial de GMT le Mali avait une armée forte contrairement à notre armée d'aujourdhui.

M.NDIAYE
Répondre

Mon frère de sang Issa,
Je veux ajouter ma contribution modeste à ce thème d’immigration, tout d’abord la jeunesse malienne doit savoir son histoire par cœur qui l’obligera à aimer sa terre natale puis les militaires doivent être formés pour protéger les intérêts du mali non ceux des multinationales implantées partout en Afrique enfin faire de propositions à nos dirigeants en place pour orienter leurs politiques (une sorte de lobbys).

Les problèmes
Pourquoi les Africains quittent leur pays pour ailleurs ?
Il existe plusieurs raisons, je vais relater quelques-unes : les africains ont connu le pire drame de l’humanité l’esclavage puis la colonisation, néocolonialisme… cela a affecté profondément la conscience psychologique de noirs africains. Ces facteurs ont conduit également à la balkanisation, l’humiliation, les pillages de matières premières, la pauvreté ainsi que les guerres sur notre terre mère. Ces mêmes drames font fuir certains jeunes africains en particulier les jeunes maliens vers l’eldorado pour une vie meilleure cela peut se transformer en une illusion perdue pire encore en cauchemar. Certains dirigeants ferment les yeux alors que la jeunesse agonisse.
Mylmo rappeur malien disait « ne me demandez pas pourquoi je ne suis pas sérieux ? car on ne vit pas dans un état sérieux » Certains de nos dirigeants sont de marionnettes en place pour satisfaire les intérêts des étrangers au détriment de ceux de leurs peuples. Ils sont incapables pour mettre en place des lois qui sont vraiment adaptées à la réalité de leur pays, depuis l’indépendance en 1960 disant depuis le néocolonialisme le même système politique et économique qui rabaisse le continent le plus riche pire encore les mêmes hommes et les mêmes clans au pouvoir : l’exemple du mali, Moussa (GMT) a fait le coups d’état mais qui était-il ? Le garde du corps de Modibo Keita, ATT qui était-il ? Le garde rapproché de GMT, Alpha était le prédécesseur de ATT, puis Dioncounda faisait partie de la bande de AOK, enfin IBK dans le temps était le premier ministre de Alpha.
Plus récemment, la déstabilisation de la Libye jusqu’à la mise à mort de Kadhafi par Sarkozy et Cameron sous couvert de l’OTAN avec la complicité de Obama, cela a détruit les projets des états unis d’Afrique puis entrainer l’ouverture d’une nouvelle porte de la mort via les côtes libyennes avec toutes sortes de drames de nos frères et sœurs qui meurent gratuitement dans la mer mourante devenue la plus grande cimetière de l’humanité endeuillée. La Libye année Zéro a entrainé le Mali dans sa chute.
Nous devons proposer de solutions sans cesse et éveiller la conscience africaine qui est en marche !
Les solutions
Pour les jeunes maliens, il faut faire en sorte qu’ils puissent aimer leur terre natale, depuis de siècle les médias ne cessent de diaboliser l’Afrique, qui est pourtant le berceau de l’humanité. Tous les africains de l’intérieur comme de l’extérieur doivent montrer une image positive de notre continent si riche en matières premières, si riche dans l’humain car nous (africains) mettons au centre l’être humain avant toute chose et si riche en solidarité. Il faut surtout éviter de parler de l’Afrique avec de la négation (maladies, choléras, SIDA, la famine, Guerres et pauvreté) comment voulez-vous qu’un jeune africain puisse rester dans son pays si tout est négatif ? Les africains de la diaspora et de l’intérieur doivent travailler ensemble pour « formater » certains africains à travers la culture par exemple développer les films africains, les médias africains et la cuisine africaine puis les diffuser sur tous les continents du monde, les jeunes doivent apprendre à pêcher du poisson non à être noyés.
Il est vrai qu’un enfant qui a faim, il est impossible de lui faire apprendre quoi que ce soit, je pense qu’il ne faut pas attendre de nos dirigeants de faire tout à notre place, les africains sur place et la diaspora peuvent créer des grandes sociétés agricoles pour aider les dirigeants africains à atteindre l’auto alimentation de chaque pays africain comme en Inde dans les années 90. Enfin pousser nos dirigeants pour que l’éducation, le logement, l’électricité, l’eau, la santé, l’autosuffisance et le travail puissent être un droit pour chaque africain.
Thomas Sankara disait « un militaire sans formation politique n’est qu’un criminel… ». J’ai toujours eu l’impression que ce sont les soldats qui ont le pouvoir en Afrique et non les dirigeants. La défense africaine doit avoir une vision de protéger les intérêts du continent, non ceux de multinationales implantées en Afrique. Les soldats africains doivent se former sur la géostratégie mondiale pour pouvoir protéger les peuples.

Ëtre débout pour l'Afrique

Issa Balla Moussa Sangare
Répondre

Mon cher Frère de Sang Mamadou merci pour la contribution.
J'espére que tu ne vois pas ce texte comme quelque chose qui porte atteinte à l'image de notre continent. Si c'est oui, je te repondrais qu'il faut souvent appeler le chat par nom car le problème d'immigration est un fléau et de nos jours c'est devenu pire car comme je l'ai dit dans le texte tout le monde veut partir.
Ceci, je soucris entièrement aux solutions que tu as développé, mais j'ai juste une contribution à ajouter. Tu demandes à ce que les jeunes afriacains puissent connaitre par coeur notre histoire, que les africains de la diaspora ou de l'interieur apportent leur soutien dans ce sens, mais contribution de conscientisation ne pourra avoir l'impact escompté que lorsqu'il aura la volonté politique, car c'est l'Etat qui a les moyens de réformer les programmes qu'on enseigne à l'Ecole. C'est à l'Ecole le plus grand enfants pour être impacté par de l'amour de la partie comme l'a fait les dirigeants de la première république, ensuite il y a d'autres moyens les télévisions nationales pour atteindre ceux qui n'ont pas la chance d'aller à l'Ecole.... sinon notre contribution, toi et moi et les autres frères restera toujours à une petite échelle mais malheureusement nos gouvernants n'ont pas cette volonté pour faire le changement.

dan
Répondre

Tu as peur, donc ne reviens pas.
Ce que tu ne sais pas c'est qu'il y a aujourd'hui plus d'opportunités pour toi en Afrique, dans un chez toi que tu as déjà manifestement décidé d'abandonner, que dans l'univers occidental qui offre un confort illusoire sans aucune opportunité de pouvoir sortir du lot.
Reviens ! Tu vas en baver c'est certain et longtemps en plus, mais tant que tu ne seras pas mort cela ne fera que te renforcer et c'est tout ce qui compte
N'aies pas peur mon frère, affrontes-toi toi même !

Issa Balla Moussa Sangare
Répondre

Merci beaucoup pour la réaction Dani Niang,

Malheureusement, tu as du mal à lire entre les lignes, nulle part dans le texte tu verras que j'ai dit avoir peur de retourner, je peux t'assurer que je connais l'Afrique mieux que toi car j'ai enormement visité plusieurs pays africains. Je n'ai pas fui mon pays ni mon continent je suis à l'étranger pour un temps bien derterminé